ElBurritoLoco's Blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 14 juillet 2006

Plus t'en mets et plus t'en as

J'adore... ;-)

lundi 1 mai 2006

message à caractère informatif

Vous croyiez que mon blog était mort???
Et ben non comme vous voyez c'est pas le cas, j'ai plus trop le temps c'est tout...

jeudi 23 février 2006

Pour une poignée de liens

Lors de ces derniers jours j'ai découvert quelques sites très intéressants et je tenais à vous en faire part:

  • Voici un site que énumére les points forts de Linux, il est encore en construction mais il est déjà trés instructif pour les néophites: http://www.whylinuxisbetter.net/

		

vendredi 13 janvier 2006

Interview de Stroustrup (le créateur du C++), les vrais raisons du C++

Interviewer : Cela fait quelques années maintenant que vous avez changé le monde de la conception logicielle, qu'est-ce cela vous fait en regardant en arrière ?

Stroustrup : En fait, je repensais à cette époque juste avant que vous n'arriviez. Vous vous souvenez ? Tout le monde écrivait en C et le problème était qu'ils étaient vachement bons. Les universités dispensaient également un bon enseignement du C. Elles produisaient des diplômés compétents - et j'insiste sur le mot compétents. Et c'est ce qui a posé problème.

Interviewer : Problème ?

Stroustrup : Oui, problème. Vous vous souvenez du temps où tout le monde écrivait en COBOL ?

Interviewer : Bien sûr, j'ai moi-même écrit en COBOL.

Stroustrup : Et bien au début ces gars étaient des demi-dieu. Leurs salaires étaient élevés et ils étaient traités comme des princes.

Interviewer : C'était l'bon temps, hein ?

Stroustrup : Hé oui. Et qu'est-ce qu'il s'est passé ? IBM en a eu marre, et a investi des millions dans la formation de programmeurs COBOL, jusqu'à ce qu'ils ne valent qu'une bouchée de pain pour une douzaine.

Interviewer : C'est là que j'ai quitté ce métier. Les salaires ont chuté en moins d'un an, au point que cela payait plus d'être journaliste.

Stroustrup : Exactement. Et la même chose est arrivé aux programmeurs en 'C'.

Interviewer : Je vois, mais où voulez-vous en venir ?

Stroustrup : Et bien, un jour j'étais à mon bureau et j'ai conçu un petit stratagème qui pourrait retourner un peu la situation. Je pensais : 'je me demande ce qu'il se passerait s'il existait un langage si compliqué, si difficile à apprendre que personne ne pourrait jamais inonder la marché de programmeurs ?' En fait, une partie de ces idées viennent de X10, vous savez, XWindows. C'était un système graphique si compliqué que cela ne tournait que sur ces choses Sun3/60. Tous les ingrédients que je voulais étaient présents : une syntaxe ridiculement complexe, des fonctions obscures, et une structure pseudo orientée-objet. Même maintenant, personne n'écrit du code X-Windows. Motif est le seul moyen de coder sans perdre sa raison.

Interviewer : Vous n'êtes pas sérieux ?

Stroustrup : Bien au contraire. En fait, il y avait un autre problème. Unix était écrit en 'C', ce qui signifie que tout programmeur 'C' pouvait facilement devenir programmeur système. Vous vous souvenez de ce qu'un programmeur de mainframe avait pour habitude de gagner ?

Interviewer : Bien sûr, c'était aussi mon type de salaire.

Stroustrup : OK, donc ce nouveau langage devait se séparer d'Unix, en masquant tous les appels qui liaient les deux si élégamment. Cela permettrait aux gars qui ne connaissent que le DOS de gagner de nouveau correctement leur vie.

Interviewer : Je ne peux pas croire que vous ayez dit cela.

Stroustrup : Bah, cela fait longtemps maintenant, et je suppose que la plupart des gens se sont rendus compte par eux-même que le C++ est une perte de temps, mais je dois dire que cela a pris plus de temps que je ne l'aurais cru.

Interviewer : Alors, comment exactement vous vous y-êtes pris ?

Stroustrup : C'était supposé être une blague, jamais je n'aurais cru que les gens prendraient le bouquin au sérieux. N'importe qui avec 2 grammes de bon sens peut voir que la programmation orientée-objet est contre-intuitive, illogique et inefficace.

Interviewer : Quoi ?!

Stroustrup : Et concernant le 'code réutilisable'!... Vous avez déjà entendu d'une compagnie qui a jamais réutilisé du code ???

Interviewer : En fait,... jamais, mais...

Stroustrup : Hé ben voilà. Je ne dis pas que quelques uns n'aient pas essayé au début. Il y avait cette compagnie d'Oregon - je crois qu'elle s'appelait Mentor Graphics - qui s'est vraiment fait une belle frayeur en essayant de tout réécrire en C++ dans les années 1990 ou 1991. J'en suis désolé pour eux, vraiment, mais je pensais que les gens en auraient tiré des leçons.

Interviewer : Manifestement, ils ne l'ont pas fait ?

Stroustrup : Pas le moins du monde. Le problème, c'est que la plupart des compagnies ont du étouffer leurs échecs majeurs, et que expliquer des pertes de 30millions de $ à leurs actionnaires aurait été difficile. Cependant, rendons leur crédit, c'est eux qui ont permis que cela marche en fin de compte.

Interviewer : Ha oui ? Et bien vous voyez, l'orienté-objet, cela marche !

Stroustrup : Moui presque. L'exécutable était si énorme qu'il mettait 5 minutes à se charger sur des HP avec 128Mo de RAM. Il tournait si lentement. En fait, je pensais que cela serait un obstacle rédhibitoire, et je me suis rendu compte en moins d'une semaine que tout le monde s'en foutait. SUN et HP n'étaient que trop content de vendre des ordinateurs d'une puissance énorme, dotées d'immense ressources juste pour faire tourner des programmes triviaux. Vous savez, lorsque l'on a eu notre premier compilateur C++ chez AT&T, j'ai compilé le programme 'Hello World', et je ne pouvais pas croire la taille de l'exécutable : 2.1 Mo.

Interviewer : Quoi ? Les compilateurs ont fait du chemin depuis.

Stroustrup : Vraiment ? Essayez donc avec la dernière version de g++. La différence n'excédera pas 0.5Mo. De plus, j'ai plusieurs exemples récents pour vous, et ce depuis tout pays. British Telecom s'est retrouvé avec un désastre entre les mains, mais par chance, ils ont pu tout effacer et repartir de zéro. Et ils ont eu plus de chance que Australian Telecom. aujourd'hui, j'apprends que Siemens construit une usine à gaz, et s'inquiète de la taille croissante du matériel afin de pouvoir y faire tourner les exécutables. Est-ce que l'héritage multiple n'est pas merveilleux ?

Interviewer : Oui, mais C++ est à la base un langage solide.

Stroustrup : Vous en êtes vraiment convaincu, n'est-ce pas ? Avez-vous déjà participé à un projet C++ ? Voilà ce qui se passe : d'abord, j'y ai introduit suffisamment de piège pour être sûr que seuls les projets les plus simples fonctionneront la première fois. Considérez la surcharge desopérateurs. A la fin du projet, tous les modules l'ont utilisé, surtout parce que les gars ont pensé qu'ils devaient le faire, comme pendant leur formation. Le même opérateur qui signifie complètement autre chose d'un module à l'autre. Essayez de rassembler tout cela lorsque vous avez une centaine de module environ. Quant à l'encapsulation de données, mon Dieu, parfois je ne peux m'empêcher de rigoler lorsque j'entends parler des problèmes qu'ont des compagnies pour faire communiquer leurs modules. Je pense que le mot 'synergie' a été inventé pour remuer le couteau dans la plaie des managers de projet.

Interviewer : Je dois avouez que tout cela commence à me troubler. Vous dites que vous avez fait tout cela juste pour augmenter le salaire des programmeurs ? C'est choquant !

Stroustrup : Pas vraiment. Tout le monde a le choix. Je ne m'attendais pas à ce que cela soit si incontrôlable. De toute façons, j'ai en gros réussi. C++ est en train de passer de mode, et les programmeurs ont toujours des salaires élevés, surtout ces pauvres diables qui doivent maintenir toute cette merde. Vous réalisez bien sûr qu'il est impossible de maintenir un gros programme C++ si vous ne l'aviez pas vous-même écrit

Interviewer : Et pourquoi donc ?

Stroustrup : Vous êtes vraiment hors du coup, pas vrai ? Vous vous souvenez du typedef ?

Interviewer : Oui, bien sûr.

Stroustrup : Vous souvenez-vous du temps qu'il vous fallait pour explorer les fichiers de déclaration de fonction avant de vous rendre compte que 'RoofRaised' était un double ? Alors, imaginez le temps que cela prend pour traduire tous les typedef implicites de toutes les classes d'un projet important en C++ !

Interviewer : Alors, en quoi reconnaissez-vous avoir réussi ?

Stroustrup : Rappelez-vous de la durée moyenne d'un projet en 'C' : environs 6 mois. Pas assez longtemps pour gagner correctement sa vie pour un gars marié avec enfants. Prenez le même projet, concevez-le en C++ et qu'est-ce que vous obtenez ? Je vais vous le dire : un à deux ans. C'est pas super, ça ? Toute cette sécurité de l'emploi à cause d'une erreur de jugement. Et autre chose : les universités n'ont pas enseigné le 'C' depuis si longtemps qu'il y a maintenant pénurie de programmeurs valables en 'C'. Surtout concernant ceux qui y connaisse quelque chose sur la programmation système Unix. Combien de gars saurait quoi faire avec un 'malloc', alors qu'ils utilisent 'new' ces dernières années, et ce sans jamais vérifier le code de retour ? En réalité, la plupart des programmeurs C++ ignorent complètement leur code de retour. Qu'est-ce qui est arrivé au bon vieux ' -1' ? Au moins, vous saviez que vous aviez une erreur, sans tout emberlificoter dans des 'throw' et 'try'.

Interviewer : Mais à l'évidence, l'héritage fait gagner du temps ?

Stroustrup : Vraiment ? Avez-vous remarqué la différence entre un planning de projet 'C' et 'C++' ? La phase de planning d'un projet C++ est trois fois plus longue. Et justement pour s'assurer que tout ce doit être dérivé l'est, et ce qui ne doit pas l'être ne l'est pas. Et en plus, ils se gourent. Qui a entendu parler de 'fuites mémoire' en 'C' ? Maintenant, on les trouve dans les plus grandes industries. La plupart des compagnies abandonnent et commercialisent leurs produits en sachant qu'ils fuient comme des passoires, simplement pour éviter le coût de débuguer toutes ces fuites.

Interviewer : Il y a des outils...

Stroustrup : La plupart d'entre eux ont été écrit en C++ !

Interviewer : Si on publie cela, vous serez probablement lynché, vous le savez, non ?

Stroustrup : Ca m'étonnerait. Comme je vous l'ai dit, C++ est maintenant sur son déclin, et aucune compagnie sensée ne commencerait un projet sans un prototype. Cela devrait suffire à les convaincre de la nature désastreuse de cette voie. Sinon, ils mériteront ce qu'il leur arrivera. Vous savez, j'ai essayé de convaincre Dennis Ritchie de réécrire Unix en C++.

Interviewer : Oh mon Dieu, et qu'est-ce qu'il a dit ?

Stroustrup : Ben heureusement, il a un bon sens de l'humour. Je pense que lui et Brian se sont aperçu très tôt de ce que je faisais, mais ne l'ont jamais fait savoir. Il m'a dit qu'il m'aiderait à écrire une version C++ de DOS, si j'étais intéressé.

Interviewer : Et vous l'étiez ?

Stroustrup : En fait, j'ai écrit DOS en C++. Je vous donnerai une démo après. Je le fais tourner sur un Sparc20 dans la salle des ordinateurs. Ca tourne comme une flèche sur 4 CPU, et cela ne prends que 70Mo sur ledisque.

Interviewer : Et-ce que cela tourne comme sur un PC ?

Stroustrup : Là vous blaguez. Avez-vous déjà vu Windows95 ? Je le considère comme un de mes plus gros succès. Ca a même failli tout arrêter avant que je ne sois prêt.

Interviewer : Vous savez, cette idée de Unix++ m'avait vraiment fait réfléchir. Il y a des gars quelque part qui sont en train d'essayer de le faire. [en fait, le µ-kernel L4 en est un bon exemple...]

Stroustrup : Non, pas après cette interview !

Interviewer : Je suis désolé, mais je ne nous vois pas capable de publierquoique ce soit de cela.

Stroustrup : Mais c'est l'histoire du siècle ! Je veux juste être considéré par mes collègues programmeurs pour ce que je leur ai apporté. Savez-vous combien peut toucher un programmeur C++ ces jours-ci ?

Interviewer : D'après ce que j'ai entendu, un vrai pro peut valoir 70 à 80$ de l'heure.

Stroustrup : Vous voyez ? Et je parie qu'il les mérite. Tenir compte de tous les pièges à con que j'ai introduit dans le C++ n'est pas un job facile. Et comme je vous l'ai dit, tous les programmeurs C++ sont comme lié par un serment mystique pour employer toutes les fonctionnalités du langage dans tous les projets. En fait, cela finit même par m'ennuyer parfois, même si cela sert mon but original. J'en finis presque par aimer ce langage.

Interviewer : Vous voulez dire que ne l'aimiez pas avant ?

Stroustrup : Je le détestais. Il n'est même pas élégant, vous ne trouvez pas ? Mais quand les royalties du bouquins ont commencé à arriver... vous voyez l'idée.

Interviewer : Attendez une minute... et les références ? Vous devez reconnaître que cela représente une amélioration sur le pointeurs 'C'.

Stroustrup : Hmmm, je me suis toujours posé des questions à ce sujet. Au début, je pensais que s'en était une. Et puis un jour, j'ai discuté avec un gars qui avait programmé depuis ses débuts en C++. Il me disait qu'il ne pouvait jamais se souvenir si ses variables étaient référencées oudéréférencées, alors il utilisait toujours les pointeurs. Il disait que le petit '*' astérix l'aidait à se souvenir.

Interviewer : Et bien, à ce stade je dis généralement 'Merci beaucoup', mais cela ne semble pas très approprié.

Stroustrup : Promettez-moi que vous allez publier cela. Ma conscience prend le dessus ces derniers temps.

Interviewer : Je vous le ferai savoir, mais je pense deviner ce que mes éditeurs vont dire.

Stroustrup : Qui le croirait de toutes façon ? Toutefois, pourriez-vous m'envoyer une copie de cette bande ?

Interviewer : Je peux faire ça.

mercredi 11 janvier 2006

Ines je t'aime!!!

Ines je t'aime, ou comment écrire une lettre d'amour (par Patrick Timsit)
podcast

Nouveau thème

Je trouvais l'autre thème, que j'avais, en partie fait moi même un peu tristounet, alors j'a installé celui-ci. Si vous le trouvez trop moche dites le moi...

jeudi 5 janvier 2006

L'histoire de bitchecker

Voici l'extraordinaire histoire de bitchecker le plus grand hackeur de tous les temps.
Ne trouvant pas de traduction française, ce que j'ai trouvé tout à fait regrétable au vu du comique de cette histoire, je me suis amusé à en faire une.

Lire la suite